Mon test vérité sur la Nintendo 3DS.

Cet article n’est pas une vaste blague. Si tu as pour habitude de me lire, tu sais bien que j’affectionne tout particulièrement l’univers PlayStation, mais il y a quelques mois j’ai eu l’occasion d’acheter une 3DS XL neuve à un prix imbattable suite à une promo erreur d’étiquetage en magasin (je ne parlerai pas du prix pour ne pas avoir d’ennuis).
Je vais donc t’apporter mon avis sans concession sur la célèbre console portable de Nintendo en tant qu’utilisateur obsédé par la PSVita.

IMAG2468-01

Tout d’abord lors du déballage, je dois avouer que la couleur bleue dominante sur la machine fait bon effet, ainsi que la matière au toucher qui est très agréable. Le tout est très bien emballé, ce qui est la moindre des choses.

J’allume alors la bête pour découvrir l’interface sous forme de carrés que l’on peut déplacer avec le stylet. Ce dernier étant vivement recommandé car contrairement à la Vita, l’expérience tactile n’est vraiment pas faite pour les doigts car vraiment peu précis. C’est le premier point négatif pour moi, on se croirait 15 ans en arrière, les stylets ça allait bien sur les téléphones Windows CE quoi, merde ! 

Pour commencer ma première expérience, j’ai mis la main sur une cartouche DS de Mario, l’occasion de tester la retro-compatibilité avec l’ancienne génération et c’est plutôt appréciable. La prise en main est bonne, il faut cependant que je m’habitue aux angles rectangulaires de la console contrairement à la Vita qui est arrondie épousant mieux la forme des mains.
Concernant le stick analogique de la 3DS, ce n’est pas agréable du tout. Le toucher de la matière est sympathique mais le pouce ne fait que glisser. On se croirait avec une version à peine amélioré du stick de la PSP, qui était finalement un peu le même concept. Sur ce point là, je ne peux que donner un point à la Vita.

Je regarde pour un jeu 3DS sur le net et je suis surpris des prix pratiqués. Les titres sortis il y a quelques années sont toujours vendus aux alentours d’une quarantaine d’euros là où sur d’autres supports le prix est dégressif au fil du temps. Une volonté claire de Nintendo visiblement, mais on n’entend pas grand monde pointer du doigt cette pratique. Tant pis, je trouverai une autre solution.

Après quelques heures d’amusement, la 3DS réclame de la batterie telle une pucelle effrontée. Mais il y a un problème. Je me rends compte qu’il n’y a pas de chargeur dans la boite, et c’était effectivement inscrit. Bon ce n’est pas grave, j’ai un cable mini-USB qui traine, ça fera l’affaire. Mais non, ça ne fonctionne pas. Il faut donc repasser à la caisse pour acheter un chargeur à 10 Euros.
Une console, pas de chargeur. Avez-vous déjà vu un téléphone vendu sans chargeur ? Un appareil éléctronique sans le nécessaire pour le faire pleinement fonctionner ? Une télé sans télécommande ? Une console de salon sans manette ? Une raclette sans fromage ? Une fille sans maquillage ?
Bref, c’est proprement scandaleux, il n’y a même pas d’alternative pour recharger la 3DS, via USB par exemple avec un câble classique. Si n’importe quelle autre marque s’était permis une chose de la sorte tout le monde aurait gueulé. Mais c’est Nintendo donc ça passe, la firme préférant invoquer le fait que ce satané accessoire est le même que la génération précédente, il est donc plus simple pour eux de vendre 10 euros un chargeur coûtant 3 euros à fabriquer. D’autant plus qu’il est de très mauvaise qualité, on sent que le fil peut se sectionner au moindre transport banal.

IMAG2469-01A partir de là, c’était la goutte de vase qui a fait déborder le bidet.
Il était hors de question de donner un centime de plus à cette entreprise qui s’auto-conforte dans ses licences et qui, selon moi, se moque ouvertement des joueurs.
Je me suis donc rendu sur un portail chinois peu recommandable et j’ai commandé un linker en utilisant ma CB sur une section non-cryptée du site. Reçu quelques semaines après, installé et opérationnel : ma 3DS s’est faite dépuceler comme une petite chaudasse.

 

J’ai donc essayé Super Mario 3D Land, New Super Mario 2, Mario Kart 7, Animal Crossing, Donkey Kong ou encore Bravely Default.
J’ai enfin pu tester la 3D tant vantée et cette dernière m’explose les yeux, heureusement qu’il y a un bouton pour la désactiver. Ce dernier restera dans cette position 99.99% du temps.
Au delà de ça les graphismes ne sont pas sensationnels, ça pixelise beaucoup, on se croirait 10 ans en arrière. Peut-être je suis trop habitué à la Vita, certes, mais ça pique.

Alors je sais que certains vont me dire que les graphismes ce n’est pas le plus important. OK, mais jouer sur une bouillie de pixels, ça m’amuse cinq minutes !

Pour conclure, je reste sur ma position concernant Nintendo que j’avais déjà évoquée lors de mon article sur la GBA. La firme ne fait que du recyclage sans grande nouveautés, et la seule alternative récente qu’ils aient trouvé pour continuer à exister malgré l’inexistence flagrante de la Wii U c’est de faire des figurines à la con en plastique …

 

IMAG2495-01Points forts :
– L’allure de la console et le côté pratique pour le transport.
– La rétro-compatibilité des jeux DS
– L’univers Nintendo

Points faible :
– L’univers Nintendo
– Le stylet quasi-obligatoire pour le pseudo-tactile
– Des jeux excessivement chers, même 3 ans après leur sortie
– Le scandale du chargeur non-inclus
– Le joystick analogique plutôt glissant et peu précis

2 commentaires à propos de “Mon test vérité sur la Nintendo 3DS.”

  1. Popopopooooo ! Quel démontage en règle de la console la plus plébiscité par la press… Moi ce qui me choque surtout chez Nintendo c’est le nombre de licence de M**** entre j’apprend le bricolage, Barbie fait la puputte, Maison du style, Winxs et Lea se fait troncher dans toutes les versions…
    Sur Vita on a peu de jeux d’après les gens qui sont juste la pour cracher sur la console, alors qu’on en finalement beaucoup plus que la PS4 et la Xbox1 réuni en ce moment. Mais faut-il avoir moins de jeu de bonne qualité contre un nuage de merde où comme des chercheurs d’or il faut creuser dans les rayons pour trouver quelque chose de potable. Je préfère pour ma part avoir une quantité de jeu limité mais savoir que peut importe ce que je prend dans un rayon à par 2 titres les notes moyennes sont de 13+ !

    Il suffit de voir la licence Senran Kagura qui au japon ne se vend plus sur 3DS (on peut le trouver pour moins de 1000 yens !) tellement c’était moche et que la 3DS est une console d’enfant…

  2. J’avoue que je me suis un peu laché pour cet article, certains verront du pur troll mais ce n’est pas grave, j’assume complètement ! 😀

Laisse un commentaire