Grève du 29 Janvier : aller bosser quoi qu’il arrive.

Jeudi 29 Janvier 2009, journée de grève nationale, autre spécialité française peu enviée dans les autres pays du monde.
Votre mission si vous l’acceptez : sans l’usage du métro, du bus ou du tram (volontairement inexistants ou fortement limités), ou de la voiture (pour cause de passage d’une horde de moutons), vous devrez arriver à l’heure à votre travail pour faire tourner l’économie de votre pays, tout en encaissant la monnaie.

11h44 : dans un élan d’utopie, je me dirige vers l’arrêt de bus le plus proche et je contemple l’affichage de ces derniers. Aucun bus de prévu dans l’heure.

bus

11h47 : je fais donc demi-tour en me résignant à me rendre au boulot à pieds (environ 45 minutes de marche). J’aperçois alors un périmètre bouclé à la circulation, qui est détournée vers une autre rue pour un détour sans concession. Au loin l’on observe cet attroupement désigné en introduction, hurlant pour le moment des choses incompréhensibles de là où je me trouve.

dsc00519

11h48 : alors que je commence à réfléchir à comment éviter cette masse odorante, me voilà nez-à-nez avec une borne Vélo’v étrangement bien garnie : 8 vélos sur 15 sont disponibles, et semblent pour une fois en bon état. Je dégaine ma carte bleue qui communique avec la machine pour me créer une carte courte durée (1€ la carte pour la semaine, 30 premières minutes gratuites).
J’enfourche quelques secondes plus tard le Vélo’v de la borne numéro 4.

dsc00520

11h50 : me voilà à vive allure à travers les rues en direction du point d’arrivée, en passant en sens interdit dans les rues interdites à la circulation.

11h53 : je suis confronté au pire et me retrouve pris d’un vertige. Je descend rapidement de mon vélo pour observer un peu mieux ce qui se passe face à moi. Un véritable troupeau d’idiots du village avancent les uns derrière les autres en hurlant les habituels slogans ringards. J’entends même une femme visiblement torchée tenter de « chanter » du Carla Bruni au mégaphone. J’observe quelques « jeunes » avec des bouteilles de bières, et des un peu plus agés avec de la vinasse. Bon ça va, ce n’est pas encore midi, ils prennent un peu d’avance sur l’apéro sans doutes.
Ce somptueux spectacle me met toutefois face au mur : il faudra traverser perpendiculairement cette marée malodorante pour continuer mon trajet.

dsc00521

11h55 : je prends ma respiration tel un plongeur tentant de battre un record d’apnée et traverse la manifestation sur mon Vélo’v.
11h56 : aucun dégat materiel n’est à déplorer, la mission peut se poursuivre.

12h03 : j’arrive à la station de Vélo’v la plus proche du point d’arrivée, qui est désespérément vide. Je dépose donc mon deux-roues tel un héros.
12h05 : arrivée sur les lieux, j’ai 55 minutes d’avance sur l’horaire initial, je me propose pour une heure supplémentaire. Mon geste est largement accepté vu l’absentéisme.

Mission accomplie.

7 commentaires à propos de “Grève du 29 Janvier : aller bosser quoi qu’il arrive.”

  1. LOL, du Genre la croix et la bannière pour aller bosser, partir à 11h44 c’est plutôt cool quand même …!!!!!!!!!!!

  2. Ouais, pour finir à 21 heures hein 😉
    (un jour par semaine, on va pas trop se plaindre)

  3. Une entreprise,je m’en doute (je me doute bien que tu n’es pas fonctionnaire cher ami). Mais tu fais quoi?

Laisse un commentaire