Reporters Sans Frontières : l’agence d’évènementiel humanitaire de Bob Ménard.

Ça y est, c’est parti pour les Jeux Olympiques 2008 à Pékin en Chine depuis quelques jours. C’est également l’occasion rêvée pour un certain nombre d’illuminés de faire la morale à tout le monde sur les Droits de l’Homme en Chine, en prenant soin d’employer des méthodes qui font bien rire les dirigeants de ce pays qui, rappelons-le, nous fournit de toutes sortes de matériels dont nous ne pouvons nous passer.
Ceci avec l’aide de Reporters Sans Frontières, l’agence d’évènementiel humanitaire, menée par Bob Ménard le soixante-huitard qui adulait Mao pendant sa jeunesse, reconverti du coup du révolutionnarisme vers un mix avec le droit-de-l’hommisme, se permettant ainsi d’allouer les bons et les mauvais points.

Car attention à toi si tu exprimes le fait que RSF c’est n’importe quoi, Ménard et ses potes vont te remettre en place en te disant que tu n’es pas humain, que ce peuple est oppressé etc .. Ca fait plus de 50 ans que c’est le cas, mais il faut croire qu’ils devaient éviter le sujet à l’époque.

Mais maintenant le vent a tourné, et la portée médiatique aussi. Maintenant, Bob peut lui aussi pratiquer le sport préféré des ados français bobos et affirmer sur toutes les chaines que Sarkozy n’est qu’un lâche car il s’est rendu là bas. C’est sûr que c’est pratique de faire avancer les choses en restant au pays, d’autant plus que la Chine s’impose en monstre de production et sera un partenaire encore plus incontournable dans les années à venir. Mais ça l’économie, Bob s’en fout. Sauf quand il s’agit de dons et de subventions pour son agence.
On suppose que RSF doit avoir du mal à supporter la subvention de 525 000 € qui lui a été allouée, au titre de l’exercice 2007, par le ministère des Affaires étrangères.

Et nous n’avons pas parlé des produits dérivés, que le bobo s’empressera d’acheter pour affirmer, tout comme ses stars préférées (Cali, Benabar, Nicola Sirkis de Indochine etc…) comportant le logo des JO made in RSF, représenté avec des menottes.

On peut également se demander pourquoi ce « logo » est autorisé :

L’article L.141-5 du Code du sport punit des peines prévues aux articles L.716-9 et suivants du Code de la propriété intellectuelle le fait en France de déposer à titre de marque, de reproduire, d’imiter, d’apposer, de supprimer ou de modifier les emblèmes, devise, hymne, symbole olympique et les termes « Jeux Olympiques » et « Olympiades » sans autorisation du CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français).

Le logo qu’utilise RSF pour ses opérations médiatiques des anneaux des JO avec les menottes ne tomberait-il pas dans le cadre de cette loi ?
RSF serait-il hors-la-loi sur cette question ?

Pour finir, d’après ses comptes librement consultables, RSF ne consacre que 7% de son budget à la poursuite de son but déclaré, la défense et le soutien des journalistes et de la liberté d’information, par le biais de soutien juridique, de soutien matériel à leurs familles et autres.

Quelle puissance n’est-ce pas ?

2 commentaires à propos de “Reporters Sans Frontières : l’agence d’évènementiel humanitaire de Bob Ménard.”

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article, ça fait du bien de lire un autre son de cloche que toute la soupe prête à penser que l’on nous sert de partout.
    Bravo !

  2. Ben voyons.
    2, 3 chiffres, quelques allusions en guise de démonstration et pourquoi pas de conclusion dans la foulée …
    Heureusement qu’il y a des gens pour traquer le scandale financier et apporter  » un autre son de cloche » que ce qui se passe réellement, à savoir des rapports et des campagnes que tu n’auras pas eu le temps de lire, tout absorbé à cette analyse brillante de l’économie mondiale.

    Il y a toujours beaucoup à dire sur les associations engagées du type de RSF, mais leurs méthodes qui font bien rire comme tu dis les dirigeants Chinois, sont assez dérangeantes pour que leur site soit censuré par ces mêmes dirigeants.

    Je ne vois pas très bien en quoi il faudrait féliciter Nicolas sarkozy sur ce coup, en pratique assez éloigné de ce que son discours lors de son investiture laissait présager question lutte pour les droits de l’homme.
    Qu’il se rende en Chine, très bien, là n’est pas le problème.

    En revanche, Angela Merkel aura montré qu’elle en a, en disant fermement aux Chinois quelques temps auparavant les JO et malgré les menaces de représailles de ceux ci que le Dalaï lama viendrait quand il le voudrait s’exprimer librement sur son territoire.
    Apparemment c’est donc possible, et sans affamer la population.

    Les occidentaux qui étaient maoïstes à l’époque dont tu parles, dont beaucoup d’intellectuels et artistes Français, ne savaient pas ce qui se passait là-bas, à cause de ce qu’on appelle dans une dictature la propagande. Tout le monde n’a pas accès aussi facilement que toi à la vraie source d’information …

    ça ne démontre pas grand-chose, par contre maintenant on sait, et heureusement il y a des gens qui se bougent !..

    Tu as vu, il y a même des illuminés qui ont donné le prix Sakharov à Hu Jia ?

Laisse un commentaire