[Chronique] Gary Numan + Nine Inch Nails en concert au Montreux Jazz Festival en Suisse le 9 juillet 2018

Pour sa tournée Européenne de cet été, Nine Inch Nails a eu la bonne idée de passer à Paris, mais également chez nos voisins Suisses pour le très célèbre Montreux Jazz Festival à l’Auditorium Stravinski. Difficile de ne pas céder à la tentation, d’autant plus que la première partie était assurée par Gary Numan. Direction les bords du Lac Léman pour assister à mon huitième concert de NIN.

[Chronique] Gary Numan + Nine Inch Nails en concert au Montreux Jazz Festival en Suisse le 9 juillet 2018

J’arrive à Montreux assez tôt dans la journée, histoire de profiter un peu des stands alentours du festival mais aussi du bon temps et du lac. Vers 18h30 je me dirige à l’intérieur du bâtiment qui abrite l’auditorium, une petite vingtaine de personnes sont déjà là. J’échange mon billet contre un bracelet, et peu de temps après les portes sont ouvertes. Je suis donc dans les premiers, et je perds un peu de temps à la boutique officielle où on retrouve les mêmes produits qu’à Paris, hormis le poster qui change à chaque concert ainsi que le t-shirt de la soirée.

Le peu de foule déjà sur place se disperse sur le long de la barrière de sécurité qui sépare la fosse de la scène. Je suis donc très bien placé, sur le côté droit au niveau de cette barrière. A côté de moi, j’entends beaucoup de personnes venues de différents pays, et d’autres qui ont suivi la groupe sur plusieurs dates. La salle est magnifique et finalement pas très grande. Tout semble parfait pour que ça se passe bien ! Et ça tombe bien, les lumières se coupent pour laisser place à Gary Numan.

Gary Numan

J’avais assez apprécié son dernier album et j’avais hâte de voir ce que cela pouvait rendre en live. Le bonhomme est en forme, bouge énormément et le chant semble très fidèle aux versions studio.

Gary Numan live Montreux Jazz Festival 2018

Mais ça sonnait un peu trop « propre » au niveau de sa voix. Et le drame arriva assez vite, sur une chanson, Numan manque d’attraper son micro au bon moment et on entend le chant alors qu’il ne chante pas le couplet. Bref, c’est du playback. Il tenta de se rattraper mais c’est trop tard, nous sommes plusieurs à avoir vu la supercherie et on se regarde un peu choqués. Et moi franchement, ça m’a un peu coupé dans mon élan au point que je subis cette première partie. Numan chante parfois « pour de vrai », mais on entend tout de suite la différence, ça sonne faux. Belle déception en  partie rattrapée par l’interprétation du titre My Name Is Ruin avec sa fille sur scène qui vient pousser sa voix (mais on en vient à se demander si ce n’est pas, pour elle aussi, du playback).

Gary Numan live Montreux Jazz Festival 2018

Bref, une première partie qui se termine sur une déception et l’impression d’avoir été pris pour des cons. Je me demande si le bonhomme fait de même pour toutes ses tournées …

Setlist Gary Numan Montreux Jazz Festival

Pressure
Halo
The Fall
Dead Sun Rising
Pray for the Pain You Serve
Everything Comes Down to This
My Name Is Ruin (avec Persia Numan)
Cars
Love Hurt Bleed
Here in the Black
My Jesus
Are ‘Friends’ Electric?

Nine Inch Nails live Montreux Jazz Festival 2018

Nine Inch Nails

L’attente pour NIN commence, permettant de voir au plus près la mise en place du matériel sur scène. Le petit détail amusant c’est que des bandes de cassettes audio sont arrachées et disposées sur les instruments du groupe par le crew avec minutie.

Puis Nine Inch Nails débarque enfin avec, en gros, la même setlist que pour Paris, sans Background World mais avec March of the pigs, Gave Up et Metal en rappel avec notre cher ami Gary. Trent Reznor semblait vraiment content d’être à ce Montreux Jazz Festival et il en a parlé plusieurs fois.

Nine Inch Nails Live Montreux Jazz Festival 2018

Etre contre la barrière entre Robin Finck et Reznor permet de voir à plusieurs reprises les sourires et les grimaces du guitariste qu’il fait aux personnes tout devant, je n’avais jamais fait attention à ce détail assez sympa. Mais cela m’a également permis de me rendre compte qu’Alessandro Cortini semble complètement effacé par rapport aux autres années, sans doutes à cause de la forte présence d’Atticus Ross.

Nine Inch Nails Live Montreux Jazz Festival 2018

Un concert se vit également avec l’ambiance dans la foule alors parlons-en. J’ai été très déçu sur ce point précis. C’était l’opposé extrême de l’Olympia. Certes, le show de Paris était presque trop violent, mais c’est bien la première fois que je vois autant de personnes statiques sur un March Of The Pigs. Cela ne m’a pas empêché de profiter et de bouger, mais avec une impression de ne pas pouvoir en faire autant qu’à tous les précédents concert de NIN que j’ai pu faire. J’ai même entendu une fille gueuler plusieurs fois derrière moi parce que je levais le bras, je n’avais jamais vu ça. Visiblement, c’était dans le centre réduit de la fosse uniquement qu’il fallait aller pour s’éclater.

Continuer la lecture [Chronique] Gary Numan + Nine Inch Nails en concert au Montreux Jazz Festival en Suisse le 9 juillet 2018

[Chronique] Nine Inch Nails en concert à l’Olympia, Paris, le 25 juin 2018

Si tu passes par ici depuis longtemps, tu sais que j’affectionne tout particulièrement le groupe Nine Inch Nails, que j’écoute depuis ma tendre enfance. J’essaie de ne jamais louper les rares tournées de la formation de Trent Reznor, il était donc impossible pour moi de manquer le concert à l’Olympia de Paris le 25 juin dernier.

Nine Inch Nails - Chronique du concert à l'Olympia, Paris, le 25 Juin 2018

Ce concert est marqué par une mise en vente assez peu claire pour le plus grand nombre, où la totalité des places furent vendues lors de la fameuse « pré-vente » nin.com deux jours avant l’ouverture officielle. Largement déroutant pour ceux qui sont passés à côté, il n’était pas rare de voir des reventes de billets à plus de 300 Euros sur des sites peu fiables comme Viagogo.
Bref, il fallait donc être suffisamment informé pour avoir sa place, et c’est comme souvent direction la fosse pour ma part. L’Olympia est une superbe petite salle, permettant d’être au plus près du groupe même en étant au fond. J’avais eu l’occasion d’assister aux deux concerts de NIN dans cet endroit en 2007 (avec un passage en after-show avec le groupe) et l’année dernière pour Deftones. Et après mon dernier show complètement dingue vécu en 2014 en Autriche, 4 ans d’attente se terminent enfin.

Nine Inch Nails - Chronique du concert à l'Olympia, Paris, le 25 Juin 2018

Arrivée sur les coups de 19h30, par flemme de patienter en plein soleil comme l’ont fait une trentaine de personnes dès midi, et passage obligé par la boutique du groupe. Quelques t-shirts inédits avec la date de l’événement, ainsi que des affiches à tirage limité. Je ne prendrai rien, on verra à la sortie. L’attente commence, je suis au milieu de la fosse sur le côté gauche.
J’en profite pour regarder un peu la population présente. Beaucoup de vêtements noirs, un mec devant moi porte même un t-shirt Nothing Records datant de l’époque de la sortie de The Fragile, et on peut dire qu’il est pas mal passé en machine. Evidemment, large majorité de hauts Nine Inch Nails rappelant les différentes périodes du groupe. Un peu comme si porter le millésime le plus ancien impose d’emblée une forme de respect.

Nine Inch Nails - Boutique du concert à l'Olympia, Paris, le 25 Juin 2018

Les lumières s’éteignent et la première partie commence. Ce n’est pas fou-fou, ça ressemble beaucoup à Air. Je ne dis pas que le groupe est mauvais, mais dans un autre contexte ça aurait pu le faire. On est bien loin d’une première partie comme Alec Empire en 2009, ou Cold Cave en 2014. Le groupe d’ouverture se retire après une petite heure et c’est vers 21h30 que les hostilités commencent enfin.

Nine Inch Nails Live - Concert à l'Olympia, Paris, le 25 Juin 2018

L’intro Pinion mélangée à Eater Of Dreams résonne, je m’attendais à un truc violent d’emblée et c’est un peu l’opposée avec Me I’m Not de l’époque Year Zéro. Plutôt calme pour commencer, et on reste à peu près dans le même tempo avec Sanctified. Cela permet de voir chaque membre du groupe à sa place, avec pour la première fois Atticus Ross, situé à droite de Trent Reznor au premier plan. Le guitariste Robin Finck est à l’autre extrémité de la scène, et dans le fond nous retrouvons comme d’habitude Ilan Rubin à la batterie, et Alessandro Cortini aux machines.

Puis d’un coup, on passe aux choses sérieuses avec le très motivant Wish, et c’était prévisible, tout le monde se bouscule et se saute dessus. J’en profite, comme souvent sur ce genre de titre, pour avancer sans trop de difficultés en suivant un fou furieux et je me retrouve presque contre la barrière.
C’est une occasion qui aura son revers : ce mec complètement alcoolisé commence à avoir un comportement très violent et me donnera par deux fois un coup de tête, et ma riposte au niveau de ses jambes n’aura rien fait. Le jeune homme, américain vraisemblablement, s’accroche aux cheveux des filles, donne des coups aux visages des personnes autour de lui avant de s’excuser pour ensuite recommencer, entraînant une véritable bagarre. Fort heureusement, cet énergumène est sorti manu-militari par la sécurité pendant Reptile, même Trent Reznor contemple la scène comme on peut le voir sur un extrait de ma vidéo relayée par NinNewsFR.

Nine Inch Nails Live - Concert à l'Olympia, Paris, le 25 Juin 2018

Cela permet enfin de se concentrer de nouveau sur le concert, et de profiter de Reptile qui est l’une de mes chansons préférées. Arrivent ensuite Shit MirrorAhead of Ourselves et God Break Down the Door extraits du tout dernier EP sorti officiellement 3 jours auparavant. Je n’étais pas spécialement fan de ces titres sur disque, mais je dois avouer que c’est en live que ça passe le mieux. Ensuite, l’un des morceaux qui, selon moi, sonne comme une parfaite synthèse de NIN sur cette dernière décennie : The Background World. Quelle claque ! J’attendais vraiment que ce titre soit joué, même si c’est dans sa version courte (il fait près de 8 minutes sur disque) !

Puis enchaînement inattendu avec Find My Way, de l’époque Hesitations Marks avant que Reznor dédie le morceau suivant à un « héros » avec I’m Afraid Of American, en référence évidemment à David Bowie.  Continuer la lecture [Chronique] Nine Inch Nails en concert à l’Olympia, Paris, le 25 juin 2018

[Chronique] Marilyn Manson en concert aux Arènes de Nîmes le 20 juin 2018

Marilyn Manson était de passage dans les magnifiques Arènes de Nîmes pour un concert à l’occasion de sa tournée d’été des différents festivals européens. Autant être franc avec toi, j’ai longuement hésité avant de m’y rendre. Mes expériences avec les concerts de Manson ne se sont pas toujours bien déroulées. Comme en 2003 à Marseille où le show fut annulé 5 minutes avant l’ouverture des portes pour d’obscures raisons, ou en novembre dernier à Bercy où la fosse était coupée en deux, et peuplée de beaucoup d’énergumènes qui n’avaient rien à faire là (dont un malin qui n’a rien trouvé d’autre que de faire les poches et de voler bon nombre de smartphones, dont le mien). Sans rester sur le négatif, j’avais aussi participé à un exceptionnel concert de Marilyn Manson + Rob Zombie à Vienne en Autriche lors de la première tournée Twins of Evil.
Une amie ayant réussi à me motiver pour ne pas rester sur la mauvaise expérience de Bercy, direction Nîmes avec une place en fosse dans la poche.

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

J’arrive sur le début d’après-midi, et avant de rejoindre un ami pour déjeuner, je passe devant les Arènes pour constater qu’il y a déjà une quinzaine de personnes devant les barrières, par 35 degrés, en train de camper avant l’ouverture des portes… Puis vient l’heure d’ouverture après avoir entendu The Dope Show en répétition depuis l’extérieur. Il faut dire que le bruit qui résonne assez fortement en dehors des Arènes donne un bon présage.

Je me dirige vers la boutique située à l’extérieur pour constater que, comme d’habitude, les t-shirts de Manson sont vraiment horribles (et chers) à mon goût, avec des illustrations gigantesques de la tête du Monsieur sur la face avant, me faisant un peu penser à la tenue parfaite du fan des 2be3. Mais ça n’empêche pas d’en voir vraiment de partout, je dois faire un peu tâche avec mon t-shirt Ministry période The Mind Is A Terrible Thing To Taste… Comme toujours pour les concerts de Manson, on retrouve bon nombre de personnes qui ont le souci du détail dans l’habillement et le maquillage, et c’est plutôt sympa.

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

J’entre dans les Arènes déjà remplies, la première partie est bien entamée et comment dire … Un groupe reprend des classiques à l’accordéon et au piano. C’est sympathique, mais difficile de se mettre dans l’ambiance pour ce qui va arriver ensuite. J’en profite pour retrouver Marina du blog Au Rayon Musique. Bref, Marilyn Manson et son groupe fait son entrée et après avoir lancé un « we hate love, we love hate« , c’est avec le titre d’ouverture de l’album Antichrist Superstar que les hostilités commencent suivi du très motivant Angel With the Scabbed Wings. Je n’attendais pas mieux pour un début. La fosse est assez violente et ceux qui ne jouent pas des coudes se retrouvent assez rapidement expulsés, pour ma part j’arrive à me faufiler à deux mètres des barrières. Et ce n’est pas une mince affaire de tenir sa place. Cela permet tout de même de voir le groupe de très près.

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

Alors certes, Marilyn Manson n’a plus 25 ans et ne bouge pas dans tous les sens sur scène, mais il fait le boulot malgré quelques improvisations farfelues sur certaines paroles. Les chansons passent et on est plus en présence d’une setlist « best-of » plutôt bien foutue. La présence du pupitre dans le fond de la scène est plutôt prometteur car cela veut dire que la chanson Antichirist Superstar sera interprétée, ce qui se vérifiera plus tard. Pendant Kill4Me, Manson fera monter 4 filles sur scène, incapables de chanter le moindre mot du refrain quand il leur tend le micro.

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

Les titres passent, on remarque assez rapidement qu’il y a un long moment entre chaque chansons, cassant un peu le rythme (mais ça permet aussi de souffler un peu dans la fosse). Puis tout le groupe disparaît un moment pour revenir et entamer le premier rappel avec Antichrist Superstar que j’attendais particulièrement, Manson en haut de son pupitre pour ensuite finir sur The Beautiful People. Le groupe disparaît à nouveau et revient pour les deux derniers titres : la reprise Cry Little Sister et enfin Coma White. Manson lance un « I love you » et s’éclipse complètement, comme il le fait à chacun de ses shows.

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

Bref, au final je n’ai pas regretté d’avoir fait le déplacement. Le concert tenait bien la route et la setlist intelligemment choisie. J’ai pu lire et entendre que bon nombre de personnes étaient scandalisées par la prestation de Marilyn Manson. Il y avait en effet beaucoup de curieux qui étaient dans le public, qui pensaient sans doutes à s’attendre à un concert équivalant à la tournée Dead To The World. Le bonhomme commence à avoir des heures de vol au compteur, et si on regarde ses dernieres prestations, on peut dire qu’on a eu un concert vraiment honorable. Et cela ne sert à rien de comparer avec le concert de Rammstein de l’an dernier aux Arènes (faites d’autres concerts entre temps).

Marilyn Manson Live aux Arènes de Nimes - 20 juin 2018

Je t’ai ramené très peu de photos ou de vidéos, car je tenais à garder mon téléphone en un seul morceau, et je comptais surtout profiter. D’ailleurs je ne comprends toujours pas comment des gens peuvent se retrouver en fosse pour vouloir à tout prix faire un live Facebook le bras en l’air pour faire chier tout le monde. Mais je crois qu’on ne voit ça que chez nous 🙂

Setlist Marilyn Manson Nîmes 2018

Irresponsible Hate Anthem
Angel With the Scabbed Wings
Deep Six
This Is the New Shit
Disposable Teens
mOBSCENE
Kill4Me (avec 4 fans sur scène)
The Dope Show (avec I Don’t Like The Drugs)
Sweet Dreams
Say10
——————————-
Antichrist Superstar
The Beautiful People
——————————–
Cry Little Sister
Coma White

[Chronique] Chelsea Wolfe + Ministry en concert au Riviera Theater de Chicago le 7 avril 2018

C’est à l’occasion du nouvel album AmeriKKKant que le groupe industriel Ministry, emmené par le très charismatique Al Jourgensen, était de passage aux Etats-Unis pour une tournée Nord-Américaine. En guise d’accompagnement, la très sombre Chelsea Wolfe, qui a récemment sorti son excellent album Hiss Spun, était également embarquée dans cette tournée.

Une sorte de double affiche pour deux groupes que j’affectionne particulièrement, il était donc impensable que je ne prenne pas mon sac à dos pour me rendre à Chicago, sorte de berceau du mouvement industriel, qui a vu le défunt label Wax Trax Records. C’est également là bas que Ministry a été crée, c’était donc l’endroit idéal pour assister à ce concert de fous-fous.

Direction le Riviera Theater au Nord de Chicago où j’arrive à 19h30. Après avoir posé ma veste aux vestiaires et discuté avec une personne de la sécurité qui me dit être née le même jour que moi mais pas la même année en vérifiant ma carte d’identité, je me dirige vers la fosse qui se remplie doucement mais surement. Je me retrouve, sans difficulté, tout devant contre la barrière. La première partie avec The God Bombs avait déjà débutée. C’était bien, sans plus, car je ne connaissais pas, mais il y avait beaucoup de fans visiblement. L’ambiance est bonne pendant l’attente, les gens discutent entre eux et il y avait vraiment de tout parmi la population présente (jeunes, vieux, hommes, femmes …), à l’image finalement de l’affiche de la soirée.

Chelsea Wolfe

Après quelques minutes d’attente, les lumières se coupent. Le groupe est déjà sur scène et Chelsea Wolfe arrive dans la pénombre, toute de noire vêtue et avec des chaussures à talons d’une bonne vingtaine de centimètres.

Carrion Flowers commence sans un bruit dans la salle. Même en étant tout devant, difficile d’apercevoir le visage de la chanteuse, qui joue de la lumière et de ses cheveux, souvent les yeux fermés ou le regard au loin. Néanmoins, les titres passent rapidement, trop rapidement. Chelsea Wolfe transporte vraiment toute la salle, même les grosses brutes qui étaient venues uniquement pour Ministry. Ce n’est pas qu’une simple première partie d’un groupe venu faire le strict minimum pour quelques billets, mais bien un vrai show de quatre membres totalement investis dans leur mission sur cette longue tournée nord-américaine.

Chelsea Wolfe live Chicago 2018

Puis Chelsea Wolfe tourne le dos à la scène et s’en va aussi discrètement qu’elle est venue. Un très bon set mais un peu court (45 minutes), et vraiment idéal pour nous préparer à la venue de Ministry …

Setlist Chelsea Wolfe Chicago 2018

Carrion Flowers
Spun
Vex
Demons
After The Fall
Dragged Out
16 Psyche
Feral Love
Scrape

Mes vidéos du concert ci-dessous en une playlist.

Ministry

Ministry était donc de retour après une trilogie anti-Bush et deux albums sortis après la mort du guitariste Mike Scaccia. Amerikkkant, et c’était prévisible quand on s’intéresse au groupe, se penche désormais sur Trump. Après quelques écoutes, j’ai plutôt aimé ce nouvel opus, quoi qu’un peu cliché parfois (le titre « Antifa » par exemple).

La scène pour accueillir le groupe formé à Chicago prend rapidement forme. Aux extrémités, deux énormes poulets sont gonflés, ceux-ci arborent la coiffure de Donald Trump ainsi qu’un svastika barré. Une grande toile apparaît en fond de la scène pour diffuser des vidéos et de chaque côtés, de grands fanions à l’allure du groupe. Les pieds de micros avec des têtes de mort prennent place, et après quelques minutes d’attente, à l’heure prévue, la même intro que sur le dernier album, I Know Words, commence et l’écran diffuse des extraits manipulés de discours de Trump.

Le groupe arrive petit à petit sur scène puis à l’enchaînement du titre suivant, Twilight Zone, Al Jourgensen arrive pour hurler les premières paroles, en alternant à l’harmonica. Contrairement à Chelsea Wolfe, le groupe interagit avec le public, le guitariste Sin Quirin fixe les gens devant lui en les montrant du doigt maintes fois, et Al Jourgensen n’hésite pas à s’approcher au plus près en regardant de plus près les fous-fous présents tout devant, dont votre serviteur.

Burton C. Bell, le chanteur et fondateur de Fear Factory viendra pousser la chansonnette sur quelques titres puisqu’il a participé au dernier album. Al Jourgensen nous fera l’honneur de livrer son sentiment sur sa présence ce soir à Chicago, une ville qu’il affectionne beaucoup et qui a permis les débuts de Ministry. Les chansons s’enchaînent, la setlist est un savant mélange entre quelques titres d’Amerikkkant, mais aussi le meilleur des albums précédents, sans oublier des chansons incontournables telles que NWO, Thieves ou Just One Fix.

Puis Al annonce qu’un vieil ami à lui qu’il n’a pas vu depuis 15 ans va venir pour le titre suivant. Surprise de taille, Chris Connelly, qui avait largement collaboré avec Ministry et Revolting Cocks dans les années 90, arrive sur scène pour chanter So What. Les deux compères s’étaient brouillés et ne s’étaient pas revus depuis. Une vidéo multicam immortalise ce moment, tu la retrouveras un peu plus bas. Puis les deux rappels, avec Bad Blood suivi de l’incontournable Psalm 69 viennent terminer le tout.

C’était au final un excellent concert, peut-être le meilleur de l’année à ce jour avec une Chelsea Wolfe agréablement énigmatique et un Al Jourgensen particulièrement en forme (ce qui change des années précédentes). Je ne regrette pas d’avoir fait le déplacement jusqu’à Chicago pour profiter d’une ambiance si particulière, d’une ville magnifique et surtout d’une double affiche assez inattendue et inédite !

Setlist Ministry Chicago 2018

I Know Words
Twilight Zone
Victims of a Clown (with Burton C. Bell)
TV5/4Chan
Punch in the Face
Señor Peligro
LiesLiesLies
Rio Grande Blood
We’re Tired of It (with Burton C. Bell)
Wargasm (with Burton C. Bell)
Antifa
Just One Fix
N.W.O.
Thieves
So What (with Chris Connelly) (together on stage for the first time in 15 years)
———————————-
Bad Blood
———————————-
Psalm 69

Mes vidéos du concert ci-dessous en une playlist.

Continuer la lecture [Chronique] Chelsea Wolfe + Ministry en concert au Riviera Theater de Chicago le 7 avril 2018

[Chronique] Einstürzende Neubauten en concert à l’Alhambra de Genève, le 2 février 2018

L’année 2018 commence plutôt bien niveau grosse affiche avec Einstürzende Neubauten qui après son passage à Lyon cet été, lors d’un set bien trop court d’une heure (Nuits Sonores oblige), était de retour dans les environs en jouant dans la superbe salle de l’Alhambra à Genève en Suisse, à l’occasion du festival Antigel. Il n’y avait pas de première partie ni d’autres artistes, le groupe allemand nous a alors gratifié d’un concert qui aura duré pas moins de 2h20.

Einstürzende Neubauten en concert à l'Alhambra de Genève, le 2 février 2018Il y avait tout de même pas mal de monde qui s’était déplacé, et le parterre de la salle était rempli tout comme les quelques places assises. Je me suis retrouvé tout devant sans grande difficulté et j’étais donc encore plus proche des artistes que la dernière fois à Lyon.

Il n’y a pas grand chose à dire dans la mesure où Einstürzende Neubauten reste toujours une valeur sûre en concert. Tout est parfaitement réglé et on sent encore une très bonne entente dans le groupe. Il y a aura quelques moments d’humour, particulièrement lorsque le bassiste foira le début de Youme & Meyou (à voir en vidéo plus bas). Même si la formation n’a pas sorti d’album depuis une dizaine d’années maintenant, la setlist fait la part belle aux plus belles créations du groupe allemand en se concentrant sur des titres plutôt récents. Et sincèrement quand on sait que les chansons de Neubauten sont loin de durer deux minutes, on se retrouve avec un concert de plus de 2 heures qu’on a pas eu le temps de voir passer. Vraiment très bon.

Einstürzende Neubauten Alhambra Theatre, Geneva, Switzerland 2018

 

Setlist

The Garden
Haus der Lüge
Nagorny Karabach
Dead Friends (Around the Corner)
Unvollständigkeit
Youme & Meyou
Die Befindlichkeit des Landes
Sonnenbarke
Halber Mensch / Von Wegen
Sabrina
Susej
How Did I Die?
—————————————-
Silence Is Sexy
Let’s Do It a Dada
Total Eclipse of The Sun
—————————————-
Salamandrina
Redukt

Continuer la lecture [Chronique] Einstürzende Neubauten en concert à l’Alhambra de Genève, le 2 février 2018

[Chronique] Alice Cooper en concert à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon le 1er décembre 2017

Alice Cooper était de passage à Lyon début décembre dernier, à la salle de l’Amphithéâtre 3000 de la Cité Internationale, et il fallait être complètement fou pour manquer ça. Je m’y suis évidemment rendu, d’autant plus que la même semaine je suis allé voir Marilyn Manson à Bercy et tout ne s’était pas vraiment déroulé comme prévu (et il n’y aura pas de photos).

Alice Cooper Live à Lyon 2017

La venue du patron à Lyon quelques jours après sonnait donc comme une réelle remise au point, d’autant plus que le bonhomme, à presque 70 ans, assure toujours autant sur scène avec son groupe.

La salle était évidemment comble. Il était difficile de se frayer un chemin dans la fosse surtout que lorsque je suis arrivé la première partie avait largement commencé, mais j’ai réussi à me retrouver au milieu, assez près de la scène finalement. Après quelques minutes d’attente, la musique d’introduction commence puis le gigantesque rideau tombe pour commencer sur Brutal Planet, l’un de mes morceaux préférés.

Alice Cooper Live à Lyon 2017

La scène est loin d’être vide puisque il y a de nombreux accessoires en tout genre dans le plus pur esprit d’Alice Cooper, sans parler évidemment des numéros classiques mais efficaces auxquels nous aurons droit, de la guillotine à la camisole. Le groupe est d’une présence sans faille avec une mention spéciale pour la guitariste Nita Strauss avec ses solos endiablés.

Nita Strauss Alice Cooper Live à Lyon 2017

Ne parlons même pas de la setlist (voir ci-dessous), condensé de ce qui se fait de mieux chez Alice Cooper, qui d’ailleurs changea de costume à presque chaque chanson. De toute façon, il n’a plus rien à prouver. Pour preuve, seul un seul titre du dernier album sorti cet été a été joué.

Bref, c’est avec grand plaisir que ce show d’Alice Cooper clôture une année 2017 remplie de concerts de qualité. De Deftones à Moderat, en passant par New Model Army, RammsteinEinstürzende Neubauten ou Atari Teenage Riot, sans compter les multiples découvertes que j’ai pu partager ici avec toi. Espérons que 2018 saura faire mieux 😀

Alice Cooper Live à Lyon 2017

Pour l’occasion, j’ai ramené quelques vidéos et diverses photos 😉

Setlist

Brutal Planet
No More Mr. Nice Guy
Under My Wheels
Department of Youth
Pain
Billion Dollar Babies
The World Needs Guts
Woman of Mass Distraction
Guitar Solo (Nita Strauss)
Poison
Halo of Flies (with drums solo)
Feed My Frankenstein
Cold Ethyl
Only Women Bleed
Paranoiac Personality
Ballad of Dwight Fry
Killer (partial)
I Love the Dead (partial)
I’m Eighteen
——————————
School’s Out
(with ‘Another Brick in the Wall Part 2’ snippet)

D’autres photos ci-dessous !

Continuer la lecture [Chronique] Alice Cooper en concert à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon le 1er décembre 2017